Première victime du projet de loi C-38 : des groupes obligés d’abandonner une poursuite judiciaire contre l’exportation de déchets radioactifs