Le gouvernement est vivement encouragé à mettre un terme aux pressions en faveur de la construction d’un nouveau parc de réacteurs nucléaires

Des groupes de la société civile dans tout le Canada exhortent le gouvernement fédéral à repenser le déploiement de petits réacteurs modulaires, en évoquant les risques pour le public, l’environnement et les générations futures

Oct 30 2018

Toronto – Plus de 20 organisations de la société civile, partout au Canada, demandent au gouvernement fédéral de dire « non » aux pressions exercées par l’industrie nucléaire pour que les contribuables consacrent leurs ressources à la mise au point de petits réacteurs modulaires.

« Les prétendus petits réacteurs modulaires ne sont que l’ancienne promesse de l’industrie nucléaire de produire de l’énergie recyclée “bon marché, sûre et propre” qui se traduit par une nouvelle demande de financement par les contribuables. Le gouvernement fédéral ne devrait pas appuyer ces concepts de réacteurs à risque non éprouvés », a déclaré Brennain Lloyd de Northwatch.

Les petits réacteurs modulaires sont des réacteurs compacts et non éprouvés, produisant de 1 à 300 MW d’électricité, et les promoteurs affirment qu’ils pourraient être déployés partout au Canada. Bien qu’ils soient censés être plus propres et plus sûrs, ils produiront tout de même des déchets radioactifs à long terme et le gouvernement fédéral ne peut être tenu responsable en cas d’accident.

Dans leur lettre aux ministres de l’Environnement et du Changement climatique, des Ressources naturelles, et des Sciences et des Sports, les organisations affirment que le gouvernement n’a pas tenu un dialogue public transparent sur l’éventuel appui fédéral aux petits réacteurs modulaires. Au contraire, il n’a consulté que l’industrie nucléaire. À la suite de ces consultations auprès de l’industrie, Ressources naturelles Canada s’apprête à publier, la semaine prochaine, une feuille de route stratégique pour l’élaboration des petits réacteurs modulaires.

« Parier sur des réacteurs non testés est stupide alors que nous pourrions investir davantage dans des technologies éprouvées comme les énergies renouvelables. Le gouvernement de Trudeau ferait mieux d’examiner comment le gouvernement fédéral s’est laissé convaincre par le passé de gaspiller l’argent des contribuables à la suite des propositions de l’industrie nucléaire », a déclaré Shawn-Patrick Stensil, analyste principal de l’énergie à Greenpeace Canada.

Les groupes affirment que les petits réacteurs modulaires ne feront qu’ajouter à l’héritage des déchets nucléaires du Canada et que détourner les investissements des technologies d’énergie renouvelable plus sûres, moins coûteuses et plus acceptables sur le plan social.

« Nous savons que l’industrie nucléaire exerce des pressions pour exempter les petits réacteurs modulaires des évaluations en vertu de la Loi sur l’évaluation d’impact proposée, mais c’est exactement ce genre de projets qui devraient être soumis à un examen environnemental. Nous exhortons le gouvernement fédéral à ne pas céder aux pressions pour subventionner les petits réacteurs modulaires avec l’argent des contribuables ou en réduisant la surveillance publique », a déclaré Theresa McClenaghan, directrice générale et avocate de l’Association canadienne du droit de l’environnement.

La lettre intégrale envoyée aux ministres peut être consultée sur le site Internet de l’Association canadienne du droit de l’environnement à l’adresse suivante : http://www.cela.ca/no-to-smrs-in-canada.

                                             -30-

Pour obtenir de plus amples renseignements ou une entrevue, nous vous prions de contacter :

Brennain Lloyd, Northwatch
Courriel : brennain@northwatch.org
Tél. : 705 497-0373 (bureau) 705 493-9650 (cellulaire)

Shawn-Patrick Stensil, Greenpeace
Courriel : shawn.patrick.stensil@greenpeace.org
Tél. : 416 884-7053

Theresa McClenaghan, Association canadienne du droit de l’environnement
Courriel : theresa@cela.ca
Tél. : 416 960-2284, poste 7219