Nouvelle

Appel à l’action obligatoire connexe au radon

Il est essentiel d’établir une approche exhaustive en matière de sécurité liée au radon en milieu de garde pour protéger les enfants et le personnel.

Nov 21 2017

La directrice générale du Partenariat canadien pour la santé des enfants et l'environnement (PCSEE), Erica Phipps, en compagnie de collègues du PCSEE faisant partie de la Fédération canadienne des services de garde à l'enfance et de l’Association canadienne du droit de l'environnement, des responsables publics et des spécialistes du domaine du radon réclament un plan d’action obligatoire connexe au radon en milieu de garde.

Dans un commentaire publié dans l’Environmental Health Review, des experts ont unanimement réclamé l’instauration d’un plan d’action obligatoire pour le radon en milieu de garde.

Le radon est un gaz radioactif émis par le sol et dont la concentration peut atteindre des niveaux nocifs dans les espaces intérieurs. Il s’agit d’une substance cancérogène connue et de la deuxième plus importante cause de cancer du poumon au Canada.

Malgré les risques connus qui y sont associés et de la disponibilité des tests et des mesures de dépollution, la majorité des garderies au Canada ne font pas l’objet de tests pour s’assurer que les niveaux de radons sont inférieurs à la ligne directrice canadienne.

Les auteurs ont examiné les efforts récents visant à promouvoir l’action reliée au radon dans le secteur des garderies et ont conclu que les approches volontaires qui dépendent du personnel du milieu de garde pour veiller sur la sécurité reliée au radon étaient souvent insuffisantes.

Un examen du portrait réglementaire a révélé la rareté des exigences particulières pour les essais sur le radon dans les garderies au Canada, malgré leur existence ailleurs dans le monde. Les auteurs ont soutenu qu’une approche exhaustive en matière de sécurité reliée au radon en milieu de garde est nécessaire pour protéger les enfants et le personnel, et ce, peu importe la façon dont on l’établira, que ce soit par la réglementation, les exigences en matière de permis ou les programmes financés par le gouvernement.

Lire l’article complet ici (disponible uniquement en anglais)

Pour plus de renseignements :
vous pouvez communiquer avec Kathleen Cooper, chercheuse principale et parajuriste (et coauteure de l’article cité ci-dessus) à kcooper@cela.ca ou au 705 341-2488