Blog

Réflexions au sujet de l’héritage écologique de Gord Downie

I had my hands in the river
My feet back up on the banks
Looked up to the Lord above
And said hey man thanks.

« New Orleans is Sinking », The Tragically Hip (1989)

Au cours des jours suivants le décès de l’icône canadienne Gord Downie, de nombreux hommages sincères faisant l’éloge de Gord ont été exprimés partout au pays par le premier ministre, des politiciens, des musiciens, des représentants des Premières Nations et d’innombrables autres personnes de toutes les sphères de la société.

Ces marques d’amour et de reconnaissance généralisées à l’endroit de Gord ciblaient souvent ses différentes initiatives artistiques au fil des années. Il a également été adéquatement reconnu pour son parrainage passionné d’importantes causes reliées à la société, à la santé et aux Autochtones, y compris la réconciliation avec les communautés des Premières Nations.

À l’ACDE, nous partageons ces points de vue et nous offrons nos plus sincères condoléances à la famille et aux amis de Gord. En même temps, nous tirons du réconfort en réfléchissant à l’engagement sans relâche de Gord visant à protéger les ressources naturelles et à assurer l’accès à la justice environnementale.

Par exemple, comme l’expliquent Mark Mattson et Krystyn Tully, de Lake Ontario Waterkeeper (LOW), Gord et les autres membres de The Tragically Hip (Rob Baker, Paul Langlois, Gord Sinclair et Johnny Fay) ont joué un rôle de premier plan afin d’établir LOW et d’aider à disséminer le message #SwimDrinkFish d’un océan à l’autre.

Également, Gord a fait la narration du documentaire primé Waterlife, qui relate les impacts nuisibles sur les Grands Lacs causés par la pollution, les espèces envahissantes, ainsi que d’autres graves menaces écologiques.

À titre personnel, j’ai eu le privilège de représenter LOW et Gord (dans sa capacité à titre de « mandataire du lac Ontario ») dans le cadre de la cause Lafarge qui fera jurisprudence en vertu de la Charte des droits environnementaux de l'Ontario.

Joe Castrilli, avocat de l’ACDE (alors en pratique privée), a également représenté Gord et tous les membres des Hip dans leur capacité à titre de copropriétaires de leur propre studio d’enregistrement à Bath, en Ontario. Ce studio était situé près de l’usine de ciment Lafarge, qui avait reçu l’autorisation provinciale de faire brûler de vieux pneus, du plastique et d’autres déchets à titre de carburants alternatifs malgré les préoccupations de la collectivité au sujet de la contamination atmosphérique.

Nous avons tous travaillé étroitement avec les résidents locaux en utilisant la Charte afin d’obtenir le droit (la permission) d’en appeler de cette autorisation auprès du Tribunal de l’environnement. Toutefois, Lafarge a présenté une demande d’examen judiciaire qui sommait la Cour divisionnaire de l’Ontario de rejeter la décision du Tribunal et de mettre fin à l’audience publique. Gord a assisté à toutes les procédures judiciaires impliquant cette cause et a pris des notes détaillées, qu’il passait en revue avec nous au cours du déjeuner dans le salon des avocats au tribunal Osgoode Hall de Toronto.

Heureusement, dans son jugement phare de 2008, une formation de trois juges de la Cour divisionnaire a unanimement rejeté la contestation judiciaire de Lafarge et a maintenu la décision du Tribunal. Une tentative subséquente de Lafarge d’interjeter appel auprès de la Cour d’appel de l’Ontario a également été infructueuse, et l’autorisation accordée à Lafarge a ultimement été retirée sans être utilisée.

Dans un communiqué au sujet du litige, Gord a correctement observé que « le précédent établi ici constituait une réalisation immense et une occasion de se réjouir » et que « c’est une formidable journée pour Bath, et pour toutes les collectivités avoisinantes du Lac et de l’ensemble de la Province. »

L’importance de ce litige est également reflétée dans la discussion de Gord au sujet de la cause Lafarge contenue dans un livret préparé par le Commissaire à l'environnement de l'Ontario et publié sur son Web en 2015 où on expliquait comment les Ontariens peuvent utiliser la Charte pour lutter pour ce qui est juste. Comme le fait remarquer Gord dans cette publication :

Il s’agit de l’air que nous respirons et de l’eau que nous buvons, ces choses nous appartiennent. Chaque permis de polluer, chaque impact environnemental doit être considéré attentivement et publiquement. Il s’agit de nos droits environnementaux, des droits qui sont aussi importants que tous les autres, et qui doivent être respectés.

Pour célébrer le cinquième anniversaire du jugement Lafarge, Gord nous a invité, Joe, Krystyn, Mark et moi, au restaurant pour un souper de célébration qui a comporté de nombreux rires, des histoires et, évidemment, une conversation au sujet des Bruins de Boston. Malheureusement, Gord ne sera pas des nôtres pour célébrer le 10e anniversaire de cette victoire environnementale clé.

Les Hip nous ont également remercié dans les notes d’accompagnement de leur album de 2009, We are the Same. À titre d’admirateur avide des Hip (et de concitoyen de Kingston), j’ai été touché et reconnaissant de ce geste attentionné du groupe.

Alors que nous réfléchissons à la vie et à la carrière de Gord, l’ACDE reconnait et applaudit son courage inspirant et son dévouement général visant à établir une plus grande justice sociale et environnementale.

Gord, nous te remercions. Repose en paix.