Le gouvernement annonce son intention d’interdire l’amiante : des groupes expriment leur appui, mais le dossier relatif à l’amiante n’est pas encore complet

Communiqué de presse conjoint de l’ACDE et de l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université (ACPPU) 

Déc 15 2016

Toronto – C’est dans une déclaration très attendue depuis les derniers jours que le gouvernement fédéral annonce qu’il interdit l’amiante. Les groupes ont exprimé leur soutien face à l’annonce, mais ont pris conscience du travail supplémentaire que le gouvernement fédéral doit entreprendre afin de protéger tous les Canadiens contre l’amiante.

« L’annonce du gouvernement fédéral concernant l’interdiction de l’amiante au Canada survient à un moment crucial où les données sur la santé confirment que les décès attribuables aux maladies associées à l’amiante ont continué d’augmenter au Canada », a déclaré Fe de Leon, chercheuse à l’Association canadienne du droit de l’environnement.

« Cette nouvelle est importante pour que le Canada en arrive à se doter d’une protection entière contre l’exposition à l’amiante », a ajouté Theresa McClenaghan, directrice générale et conseillère juridique pour l’Association canadienne du droit de l’environnement. « Nous nous réjouissons à la perspective de collaborer avec le gouvernement pour que les défis subsistants associés à l’amiante soient relevés. »

« Les membres de l’ACPPU ainsi que d’autres travailleurs dont le travail les appelle à s’exposer à l’amiante sont heureux de la décision du gouvernement fédéral d’interdire l’amiante », a dit David Robinson, directeur général de l’ACPPU. « Cependant, il subsiste encore un grand nombre d’autres problèmes liés à l’amiante qui doivent être résolus, et l’ACPPU anticipe de travailler avec nos partenaires pour faire en sorte que ce dossier soit pris en charge par le gouvernement. »

L’annonce de l’interdiction compte beaucoup, car la protection de la santé des Canadiens en dépend, surtout dans les lieux de travail. Selon Statistique Canada, le nombre de nouveaux cas de mésothéliome, une forme rare de cancer causée par l’exposition à l’amiante dans le lieu de travail, a augmenté, passant de 335 cas en 2000 à 580 cas en 2013. Parmi les autres maladies associées à l’amiante, on compte le cancer du poumon et l’amiantose (selon des prévisions, au moins 1 900 nouveaux cas chaque année).

L’ACDE et l’ACPPU, deux des 68 signataires d’une lettre adressée au premier ministre proposant l’interdiction de l’amiante et la formation d’un comité d’experts chargés de réviser le dossier relatif à l’amiante.

Consulter la lettre adressée au premier ministre (en anglais uniquement)

                                                                       - 30 -

Pour obtenir de plus amples renseignements ou une entrevue, nous vous prions de contacter :
Laura Lozanski, Association canadienne des professeures et professeurs d’université (ACPPU), 613 726-5168
Fe de Leon, Association canadienne du droit de l’environnement (ACDE), 416 960-2284, poste 7223; 416 317-1063 (cell.)