Des groupes de défense de l’intérêt public en appellent d’un projet de remise à neuf de réacteurs nucléaires vieillissants

Les groupes soutiennent que les risques pour la santé humaine et pour l’environnement n’ont pas été analysés avec soin dans le cadre du projet de remise à neuf des réacteurs nucléaires de Darlington.

Communiqué publié conjointement par l’ACDE, Ecojustice, Lake Ontario Waterkeeper et Northwatch

Déc 02 2015

TORONTO – Des groupes de défense de l’intérêt public sont en Cour d’appel fédérale aujourd’hui afin qu’on tienne sérieusement compte des risques pour la santé humaine et l’environnement dans le cadre d’un plan de remise en état de quatre réacteurs nucléaires vieillissants sur le site de Darlington aux abords du lac Ontario. La requête vient dans la foulée de l’adoption par le comité de direction de la municipalité de Toronto d’une motion demandant un examen des plans d’urgence nucléaire.

« À notre avis, l’évaluation environnementale n’a pas suffisamment tenu compte des risques que posent la gestion et le stockage des déchets nucléaires ou des dangers que présenterait pour la santé humaine et la salubrité de l’environnement la libération accidentelle de radiations nucléaires, a déclaré Shawn-Patrick Stensil, analyste principal des questions énergétiques chez Greenpeace Canada. Il faut faire une analyse approfondie de ces risques afin de rendre une décision éclairée à savoir si ce projet doit ou non aller de l’avant. »

Les avocats d’Ecojustice et de l’Association canadienne du droit de l’environnement (ACDE) représentent les intérêts de Greenpeace Canada, de Lake Ontario Waterkeeper, de l’ACDE et de Northwatch dans cette cause.

« Même sans répondre aux questions concernant le stockage et l’élimination des déchets de combustible nucléaire ou encore concernant les risques d’accident majeur, Ontario Power Generation a reçu le feu vert pour remettre en état les réacteurs, a déclaré Kaitlyn Mitchell, avocate d’Ecojustice. Le principe de précaution n’a pas été appliqué à cette décision environnementale. »

Ontario Power Generation a proposé la remise à neuf de quatre réacteurs nucléaires vieillissants à son site de Darlington, afin de les garder en activité jusqu’en 2055. Les quatre réacteurs sont situés aux abords du lac Ontario, à environ 70 km à l’est du centre-ville de Toronto. L’exploitation de la centrale actuelle a des effets sur les eaux du lac Ontario ainsi que la qualité de l’air dans la municipalité de Clarington.

« Avant que le gouvernement ne s’engage à prolonger la durée de vie utile des réacteurs nucléaires vieillissants de Darlington, nos clients veulent s’assurer que la législation canadienne sur l’évaluation environnementale est respectée, a affirmé Rick Lindgren, avocat de l’Association canadienne du droit de l’environnement. Nos clients sont d’avis que l’étude environnementale de la proposition de remise à neuf des réacteurs de Darlington ne respecte pas entièrement les dispositions de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale. »

« Le lac Ontario est vital pour neuf millions de personnes. Il peut et doit être protégé contre les effets potentiels de l’exploitation de réacteurs remis à neuf sur le site de Darlington. C’est là le but d’une évaluation environnementale détaillée », a conclu Mark Mattson, président de Lake Ontario Waterkeeper.

Les groupes ont également présenté une requête devant la Cour suprême du Canada visant à faire invalider une décision de la Cour d’appel fédérale qui, allèguent-ils, permet aux organismes de réglementation de négliger l’étude approfondie des effets graves possibles sur la santé humaine et sur l’environnement associés à un projet tout autre de construction de nouveaux réacteurs nucléaires sur le site de Darlington.

                                          -30-

Pour de plus amples renseignements :
Kaitlyn Mitchell, avocate │ Ecojustice 647 746-8702
Rick Lindgren, avocat │Association canadienne du droit de l’environnement 613 385-1686
Shawn-Patrick Stensil, analyste nucléaire │ Greenpeace Canada 416 884-7053
Mark Mattson, président et défenseur de la qualité de l’eau│ Lake Ontario Waterkeeper 416 861-1237
Brennain Lloyd, coordinateur de projet│ Northwatch 705 497-0373