L’ACDE complimente le leadership de Toronto pour son règlement municipal sur le droit à l’information de la collectivité

Un sondage démontre un appui solide pour une prise de mesure provinciale similaire

Déc 04 2008

Toronto – L’ACDE félicite aujourd’hui la ville de Toronto pour son exceptionnel leadership. Avec une majorité remarquable, le Conseil municipal a adopté hier un règlement municipal sur le droit à l’information de la collectivité, la partie principale de leur nouveau programme de rapport, de divulgation et d’innovation environnementale. Ce règlement municipal augmentera grandement le nombre d’industries qui doivent divulguer publiquement des renseignements au sujet de leur utilisation et de leurs émissions de substances toxiques. « Nous espérons que Toronto soit la première parmi plusieurs communautés canadiennes à rassurer le public au sujet de l’utilisation et de l’émission de substances toxiques », a dit Sarah Miller, chercheuse de l’ACDE. «

L’expérience faite en d’autres endroits confirme qu’un droit à l’information similaire entraîne des réductions spectaculaires de l’utilisation de substances toxiques. Le droit à l’information de la collectivité est un premier pas décisif afin d’exécuter la réduction de l’utilisation de substances toxiques. L’innovation et la substitution de substances plus sécuritaires suivent leur cours », a affirmé Mme Miller.

L’ACDE a participé à un projet pluriannuel, en collaboration avec ses collègues provenant d’organismes de l’environnement, du travail, du domaine médical et de la santé, qui forment le Groupe de travail occupationnel et environnemental de la coalition torontoise pour la prévention du cancer, afin de voir à la promulgation de ce règlement municipal progressiste.

Notre travail envers le règlement municipal de la ville de Toronto est semblable au plaidoyer adressé au gouvernement provincial afin qu’il légifère sur la réduction de l’utilisation des matières toxiques. Au cours d’un récent sondage effectué par nos collègues de la division de la Société canadienne du cancer de l‘Ontario, les résultats démontrent qu’une grande majorité (plus de 75 %) des résidents de l’Ontario reconnaissent que des substances toxiques se retrouvent dans leur environnement et dans les produits de soins personnels et une énorme majorité (96 %) appuie la stratégie du gouvernement provincial de réduire les substances toxiques en Ontario. La plupart d’entre eux (67 %) affirment que la situation économique actuelle ne les incite pas à reconsidérer leur appui. (Résultats du sondage)

« Nous avons rédigé un modèle de loi sur la réduction de l’utilisation de substances toxiques et sur l’adoption de substances de rechange plus sécuritaires en Ontario afin de mettre en valeur l’engagement que la province a pris pour promulguer sa Loi sur la prévention de la pollution, au début de 2009 », a noté Joe Castrilli du conseil de l’ACDE.

                                                           - 30 -

Pour plus de renseignements :

Sarah Miller au : 416 960-2284, poste 213. millers@lao.on.ca
Au sujet des résultats du sondage, veuillez communiquer avec : Christine Koserski, du Service de relations avec les médias pour la Société canadienne du cancer, division de l’Ontario, au : 416 323-7030 ou ckoserski@ontario.cancer.ca