D'un océan à l'autre, des groupes canadiens déclarent que des lois environnementales fédérales inclusives sont nécessaires

Des lois environnementales peu efficaces posent un risque pour la santé et la sécurité publique ainsi que pour l'intégrité de la consultation avec les Premières Nations

Communiqué de presse conjoint provenant de plus de 40 organismes

Mar 27 2012

VANCOUVER, C.-B. et OTTAWA, ON – Aujourd'hui, plus de 40 groupes, tels que des organismes de renommée mondiale comme le Conseil des Canadiens et Greenpeace et des groupes de citoyens locaux comme Grand Riverkeeper Labrador, ont souscrit à un énoncé confirmant leur appui à l'égard de solides lois environnementales fédérales qui protègent nos valeurs nationales.

Ces groupes signalent qu'ils ne demeureront pas inactifs si le gouvernement fédéral opte de court-circuiter des évaluations environnementales pour des projets tels que celui des navires pétroliers et des pipelines Enbridge Northern Gateway, et ils se sont ralliés à un énoncé de 10 principes qu'ils considèrent comme étant le fondement d'une évaluation environnementale pour assurer un Canada sain, protégé et durable.

« Des préoccupations au sujet des coupures effectuées et des menaces imminentes aux lois environnementales, surtout la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale, se font entendre à l'échelle du pays », déclare Rachel Forbes, avocate-conseil à l'interne chez West Coast Environmental Law et auteure du rapport, A Checklist for Strong Environmental Laws, (en anglais), publié la semaine dernière.

« Scientifiques, médecins, avocats, défenseurs de la démocratie et groupes de citoyens de régions rurales, côtières et urbaines au Canada se sont réunis afin de signaler le besoin de solides lois environnementales de sorte que le développement puisse se faire de façon responsable et pour le bénéfice à long terme de l'économie, de la santé humaine et de la protection de l'environnement. »

L'énoncé de principes et une liste complète des organismes se trouvent au : www.envirolawsmatter.ca

« De solides lois environnementales servent à protéger l'air, l'eau et la terre dont nous avons besoin afin de demeurer en santé et de nous protéger contre la pollution et les produits chimiques toxiques, », déclare Devon Page, directeur administratif d'Ecojustice. « Ces lois fédérales sont à la base du droit de chaque Canadien à un environnement sain et sont tout aussi importantes pour notre bien-être que les lois qui promouvoient la paix et la démocratie. »

« L'Association canadienne du droit de l'environnement (ACDE) appuie les 10 principes car une évaluation environnementale est conçue afin de servir, et peut servir d'outil pour prévenir les dommages et maintenir un Canada sain, protégé et durable », explique Richard Lindgren de l'ACDE. « Les changements qui seront bientôt apportés aux droits de participation du public et l'affaiblissement des programmes et politiques du gouvernement menacent de mettre tout cela en danger. »

Les principes appuyés par ces groupes reconnaissent la nécessité juridique d'impliquer les gouvernements autochtones dans les évaluations environnementales à titre de décideurs égaux. « Si le gouvernement fédéral a l'intention de court-circuiter les possibilités de consultation et d'accommodement des Autochtones, cela ne fera que tourner le fer dans la plaie que nous, en tant que société, essayons de guérir depuis des décennies, de la Constitution à l'équité procédurale et l'accès à la justice », déclare Jamie Kneen, coordonnateur des communications et des relations publiques chez MiningWatch Canada.

L'énoncé d'appui (en anglais), les liens vers les sites Internet des organismes souscripteurs et des renseignements généraux sur le sujet sont disponibles au www.envirolawsmatter.ca

                                                      – 30 –

Pour plus d'information veuillez communiquer avec :
Devon Page, directeur administratif, Ecojustice 604.685.5618 dpage@ecojustice.ca
Richard Lindgren, avocat, Association canadienne du droit de l'environnement 613.385.1686 r.lindgren@sympatico.ca
Rachel S. Forbes, avocate-conseil à l'interne, West Coast Environmental Law 604.601.2508 ou 604.345.9129 (cellulaire) rachel_forbes@wcel.org
Jamie Kneen, coordonnateur des communications et des relations publiques, MiningWatch Canada co-président, Caucus de la planification et des évaluations environnementales du Réseau canadien de l'environnement 613.569.3439 ou 613.761.2273 (cellulaire) jamie@miningwatch.ca