Nouvelle

Un groupe environnemental exige le rejet des nouveaux réacteurs nucléaires à la centrale de Darlington

Mai 18 2011

Toronto – L’Association canadienne du droit de l’environnement (ACDE) a déposé ses arguments juridiques exigeant le rejet de la proposition de la Ontario Power Generation (OPG) de construire et d’exploiter de nouveaux réacteurs nucléaires à la centrale de Darlington située dans la région de Durham.

Les arguments juridiques de l’ACDE ont été déposés auprès de la Commission d’examen conjoint, établie en vertu de la loi fédérale pour examiner les incidences sur les plans écologique, social et économique de la proposition de la OPG. En mars et avril dernier, la Commission a tenu des audiences publiques pendant trois semaines; l’ACDE ainsi que d’autres organismes d’intérêt public s’y sont présentés pour s’opposer à la proposition très coûteuse et risquée de la OGP.

« Compte tenu de la proximité de la centrale de Darlington de grandes populations et de l’inaptitude des mesures d’urgence actuelles et proposées, l’ACDE postule que la centrale n’est entièrement pas équipée pour la construction de nouveaux réacteurs nucléaires. La Commission devrait donc refuser de délivrer un permis à la OPG en vue de préparer la centrale en vertu de Loi sur la sûreté et la réglementation nucléaires », déclare Theresa McClenaghan, directrice générale et avocate générale de l’ACDE. « De plus, les leçons tirées de l’accident nucléaire survenu au Japon suggèrent que la Commission doit considérer, plutôt que de minimiser, la possibilité que des accidents graves aux répercussions catastrophiques puissent survenir à la centrale de Darlington. »

La OPG cherche l’approbation de construire jusqu’à quatre nouveaux réacteurs nucléaires à la centrale de Darlington, mais l’Ontario n’a pas encore précisé quel type de réacteur sera utilisé, ni évalué le coût de la proposition de la OPG se chiffrant à des milliards de dollars. Qui plus est, il n’a pas été précisé si les déchets hautement radioactifs, c’est-à-dire les barres de combustible utilisées des nouveaux réacteurs, seront entreposés à la centrale de Darlington ou dans les dépôts dans des couches géologiques profondes non approuvés et situés près de Kincardine, en Ontario, tel que l’a proposé la OPG.

« À notre avis, l’Étude sur l’impact environnemental qu’a préparée la OPG est essentiellement insuffisante et ne satisfait pas aux exigences de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale », reproche Richard Lindgren, avocat de l’ACDE. « Par exemple, la OPG n’a pas démontré de façon objective la nécessité de nouveaux réacteurs nucléaires. De plus, elle n’a pas examiné de façon adéquate des solutions de rechange plus économiques, propres et sécuritaires notamment des centrales hydroélectriques, éoliennes ou solaires. »

À 90 jours de la clôture de l’audience, la Commission doit déterminer si des approbations doivent être accordées en vertu de la Loi canadienne de l’évaluation environnementale ainsi que de la Loi sur la sûreté et réglementation nucléaires et doit présenter ses constatations dans un rapport à l’intention du ministre fédéral de l’Environnement.

                                                     -30-

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Theresa McClenaghan, ACDE (416-960-2284, poste 219);
Richard Lindgren, ACDE (613-385-1686)