Nouvelle

Message pour le prochain gouvernement de l’Ontario : Non à Darlington : oui à l’énergie verte

Sep 27 2011

Toronto – Plus de 200 organismes exigent que le prochain gouvernement de l’Ontario renonce à son plan de construction de nouveaux réacteurs coûteux à la centrale nucléaire de Darlington afin que l’énergie verte puisse poursuivre son expansion, qu’on réduise le risque d’un accident nucléaire et limite la production de déchets radioactifs.

« Nous exhortons les chefs politiques de l’Ontario à assurer la compétitivité de la province au cours du 21e siècle en investissant dans l’énergie verte et en renonçant à ses plans de création de nouveaux réacteurs coûteux. L’Ontario est devenu un chef de file en matière d’énergie verte, mais tout cela s’écroulera si le prochain gouvernement construit de nouveaux réacteurs à Darlington », déclare Chris Young, le directeur général d’Enfinity Canada Ltd, une entreprise de développement en matière d’énergie solaire.

Les groupes, dont les organismes environnementaux, les promoteurs d’énergie verte, les groupes de femmes, les fermiers et les étudiants, ont signé la Déclaration de Darlington pour s’opposer à la construction de nouveaux réacteurs en Ontario car ce projet empêchera l’expansion d’une énergie verte plus abordable, augmentera le risque d’un accident en Ontario de même ampleur que celui de Fukushima et engendra des déchets radioactifs pendant au moins un million d’années.

La croissance de l’énergie verte en Ontario sera plafonnée en 2018 en raison des plans actuels de construction de nouveaux réacteurs coûteux à la centrale nucléaire de Darlington et de l’approvisionnement continu d’électricité de l’énergie nucléaire à des niveaux sans précédent, soit de 50 pour cent. Les Libéraux de Dalton McGuinty ainsi que les Conservateurs de Tim Hudak appuient la construction des nouveaux réacteurs à Darlington.

« Si le prochain gouvernement approuve de nouveaux réacteurs coûteux à Darlington, leur décision ajoutera de façon considérable au fardeau des déchets radioactifs et à la dette dont nous avons héritée avec les premiers réacteurs. L’Ontario sera soumise à une technologie abandonnée par le reste de la planète qui empiètera ainsi la croissance de l’énergie verte moderne », souligne Brennain Lloyd, coordonnateur de Northwatch, un groupe s’opposant aux propositions de déversement des déchets radioactifs de la province dans le Nord de l’Ontario.

Le gouvernement de McGuinty avait mis en suspens son acquisition de nouveaux réacteurs en 2009 lorsque le coût se chiffrait à 26 milliards $, soit 20 milliards de plus que prévu. Malgré l’ampleur des coûts, les Libéraux de McGuinty ont déclaré qu’ils étaient fermes et qu’ils feraient construire les nouveaux réacteurs et qu’ils n’avaient pas pris en considération des solutions de rechange vertes plus abordables.

« La catastrophe de Fukushima est une autre raison pour laquelle l’Ontario devrait choisir l’énergie verte et renoncer aux plans de construire de nouveaux réacteurs. L’Allemagne et la Suisse se sont engagées à éliminer leurs réacteurs et à les remplacer par une énergie verte sécuritaire et abordable. L’Ontario en devrait faire tout autant », lance Shawn-Patrick Stensil, un analyste en matière d’énergie nucléaire de Greenpeace.

Les nouveaux réacteurs de Darlington sont destinés à remplacer la centrale nucléaire désuète de Pickering lorsqu’elle fermera ses portes en 2020. Les études démontrent qu’il serait plus économique de faire appel à l’énergie verte et à la conservation plutôt que de construire de nouveaux réacteurs pour remplacer la centrale de Pickering.

                                                  – 30 –

Source :
Brennain Lloyd, Northwatch, 705-497 0373
Shawn-Patrick Stensil, Greenpeace, 416-884-7053 (anglais/français)
Chris Young, Enfinity Canada Ltd, 613-656-3276
Une liste de tous les groupes à l’appui se trouve ici : http://stopdarlington.org/wechoosegreenenergy/